Communiqués de presse

AI France Summit 2019 - La transformation numérique grâce à l’intelligence artificielle scrutée à Bercy

Publié le 20 février 2019

Ce 19 février, plus d’un millier de participants étaient attendus au ministère de l’Economie et des Finances afin de participer à l’AI France Summit, événement majeur autour de l’intelligence artificielle, de la transformation numérique et des enjeux de la feuille de route française dressée par Cédric Villani qui était présent. Cette initiative commune de TECH IN France, du CGET et de la Direction Générale des Entreprises (DGE) a permis de rassembler grands groupes, acteurs tech et startups et de dresser le constat des potentialités de l’écosystème France sur la base d’une étude prospective du ministère dévoilée sur place.

Entreprises, experts et chercheurs en intelligence artificielle s’étaient donné rendez-vous au ministère de l’Economie et des Finances pour aborder ensemble les enjeux de ce secteur en forte croissance. Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics, chargé du Numérique a ouvert la conférence invitant tous les acteurs de l’écosystème à se saisir des opportunités offertes par l’IA .  

Une journée pendant laquelle ont été particulièrement suivies les interventions éclairantes de sociétés leaders dans leurs secteurs tels que Criteo, Sidetrade, Cegedim, Salesforce, Berger-Levrault ou bien encore Sinequa. Ces professionnels et les pépites IA présentes (Inato, Forcity, Yseop, Doctrine, Healsy) ont évoqué nommément les possibilités qu’offre la technologie dans de nombreux domaines comme l’industrie du futur, le mieux vivre, la ville connectée et intelligente… dans l’optique de créer des opportunités de croissance pour les entreprises en France. Les représentants des groupes Schneider Electric, La Poste, Orange, Nova Veolia ou encore Thalès ont également évoqué l’impact de l’IA sur leurs stratégies de transformation numérique.

Pour Pierre-Marie Lehucher, président de TECH IN France et PDG de Berger-Levrault, qui a inauguré les tables rondes en compagnie de Mathieu Weill de la DGE, l’IA est devenue l’affaire de tous : « Aujourd’hui toutes les entreprises, des startups aux grands groupes, considèrent que l’IA recèle un potentiel inédit de création de nouveaux services. Ce qui a complètement changé notre perception c’est la présence massive de données et l’incroyable puissance de calcul que nous sommes capable de solliciter pour utiliser des algorithmes toujours plus puissants. Nos industries et nos laboratoires de recherche disposent désormais d’une formidable opportunité pour relancer une dynamique d’innovations fortes et conquérir des positions stratégiques ».

La France a des atouts solides

Face à ce véritable défi dont certains jalons ont déjà été atteints, la France dispose de solides atouts pour continuer de figurer dans le wagon de tête de l’IA mondiale. A ce titre, l’étude Pipame : « Intelligence artificielle - Etat de l'art et perspectives pour la France » émanant du cabinet Atawao Consulting lancée à l’initiative de la DGE, du CGET et de TECH IN France, fait un point nécessaire sur l’avancée de la technologie. Elle précise que la France figure actuellement au premier rang européen continental en termes d’attractivité en matière d’IA et recommande de développer certains usages sectoriels comme la santé, les transports, la formation ou bien encore les expérimentations in situ.

De son côté, Cédric Villani, député LREM et éminent spécialiste en analyse mathématique explique : « l’intelligence artificielle fait partie des sujets sur lesquels la France dispose de l’un des plus gros impacts dans le monde. On parle Français dans bien des laboratoires majeurs à travers le monde. Nous devons construire une société dans laquelle l’algorithmie fera partie de la valeur-ajoutée dans tous les domaines. Cela demande à être résolument prêt à aller dans le futur ».

Après les interventions des députés Laure de la Raudière (Agir) et Eric Bothorel (LREM) qui ont rappelé l’impératif de saisir l’enjeu humain de la transformation autour de l’IA et en échos aux travaux de France stratégie sur l’impact sur le travail, le CGET (Hugo Bévort) a rappelé en conclusion que les ces dynamiques d’innovation devaient également profiter à tous et ne pas créer de nouveaux écarts au sein de la société et entre les territoires.

---

Retrouvez les moments forts de l’AI France Summit sur le compte Twitter de TECH IN France https://twitter.com/TECHINFrance et l’intégralité de l’événement en vidéo à cette adresse : https://video.finances.gouv.fr/lecteur_video/keypub/6a941d47cf4752862f7f/id/0798abd084578d6ff881fe4ebfc7e5/type/pr/lang/fr